Les musiques d’anime à connaître absolument

Tu es fan d’anime ? Quelques notes de certaines soundtracks te suffisent pour ressentir des émotions fortes et revivre toute l’histoire avec intensité ? En matière de musique d’anime, des compositeur·rice·s de légende ont marqué l’histoire avec des titres et des BO d’anthologie, respectés et reconnus bien au-delà du genre.

Zoom sur les noms à retenir et les morceaux à redécouvrir en vue de la très attendue Japan Expo.

La musique, élément phare des animes japonais

La musique joue un rôle fondamental dans les animes et il existe plein d’anime sur la musique. Intro, musique de fin ou thème récurrent annonçant un nouveau combat, l’arrivée ou le départ d’un personnage et bien plus de péripéties encore, la bande-son d’un anime peut complètement changer la donne.

Selon le sous-genre, les bandes originales et les musiques d’animes japonais peuvent inspirer, faire sourire, donner de la force ou émouvoir. Piano, violon, guitare, à chaque compositeur·rice·s son instrument phare et son style musical de prédilection. Qu’importe la manière, tant que le talent et l’émotion sont au rendez-vous. C’est parti pour un tour d’horizon des BO qui ont marqué l’animation japonaise !

Le château ambulant – Joe Hisaishi

Adoubé dans l’univers de l’anime, Joe Hisaishi est célèbre pour avoir composé la bande originale de la plupart des films de Hayao Miyazaki et de Takeshi Kitano. Les musiques des dessins animés les plus célèbres des années 80, c’est lui qui leur a donné vie. Le Voyage de Chihiro, Le château dans le ciel, Mon voisin Totoro, Princesse Mononoké ou encore Le vent se lève et Les contes de la princesse Kaguya, tous ces classiques de l’animation japonaise ont été mis en musique par ce compositeur, chef d’orchestre et pianiste.

Mais c’est sans aucun doute son travail pour le film Le château ambulant qui donne une place toute particulière à Joe Hisaishi dans le cœur de ceux et celles qui se passionnent pour la musique d’animation japonaise. Pour ce long-métrage sorti en 2004, le compositeur dévoile une musique d’inspiration classique et romantique interprétée par le Nouvel orchestre philharmonique du Japon qui remplit le cœur et fait couler des larmes. D’ailleurs, cette OST a reçu le prix de la meilleure bande-originale de film lors des Los Angeles Film Critics Association Awards de 2005. Un choix qui avait tout d’une évidence.

Ghost in the Shell : Stand Alone Complex Yoko Kanno

Beaucoup connaissent Yoko Kanno pour son travail incroyable sur Cowboy Bebop. Mais c’est peut-être pour son travail sur Ghost in the Shell : Stand Alone Complex, autre œuvre phare de l’animation japonaise basée sur le manga de Masamune Shirow initialement paru en 1989, que la compositrice a donné le ton dans le monde de la musique d’anime au début des années 2000.

En créant cette bande-son, celle qui compose des titres aux inspirations très multiples (blues, jazz, musique classique, électro ou encore J-pop moderne) voulait se démarquer du monde habituellement très masculin et codifié de l’anime. Pari plus que réussi, sa musique s’invite dans nos oreilles tels des poèmes, à la fois doux et intenses.

Paprika – Susumu Hirasawa

Connu pour ses prises de risque, son amour de la science-fiction et sa touche expérimentale en matière de musique, Susumu Hirasawa aime mélanger les genres et brouiller les pistes. En cela, il est très difficile de définir son style. Un peu d’électro avec du rock et une touche de mélodies psychédéliques et sombres, voilà ce à quoi ressemble le travail du compositeur japonais, qui aime autant manier la guitare que l’ordinateur.

Essentiellement connu pour son travail sur l’anime Berserk et sur les films de Satoshi Kon, c’est notamment le film d’animation japonais sorti en 2006, Paprika, qui a permis à Susumu Hirasawa de captiver la planète tout entière. Pour ce long-métrage, il livre une bande originale futuriste, puissante et dramatique, portée par des titres phares et marquants comme Parade ou The Girl in Byakkoya. Inoubliables.

Samurai Champloo – Nujabes

Précurseur du genre jazz hop, mix de jazz et de hip-hop comme son nom l’indique, le DJ japonais Nujabes est révélé au monde entier grâce à la bande originale de la série télévisée d’animation Samurai Champloo, diffusée au début des années 2000. Les musiques de la série, qui se répartissent sur quatre CD différents, sont le fruit de la collaboration de Nujabes avec d’autres artistes japonais et américains de la scène hip-hop comme Fat Jon, Shing02 et bien plus encore.

L’œuvre est d’autant plus chérie par les fans du genre que le compositeur japonais a perdu la vie à 36 ans à peine, alors qu’il avait encore bien des musiques à partager et qu’il était en passe de révolutionner le genre avec sa touche hip-hop. Mais son héritage est toujours bien présent, notamment grâce aux innombrables artistes de lo-fi, qui s’inspirent de ses prods douces et envoutantes.

L’Attaque des Titans – Hiroyuki Sawano

Sûrement l’un des compositeurs de musique d’anime les plus connus au monde, Hiroyuki Sawano est avant tout un pianiste de talent disposant d’un style unique et original qui fait toute sa renommée. Il compose aussi des musiques vocales interprétées par de grands chanteurs comme Mika Kobayashi.

Pour l’anime L’attaque des Titans, Hiroyuki Sawano a créé plusieurs génériques d’ouverture et de fin ainsi qu’une série de singles dédiés à plusieurs personnages de la série. Ces dernières années, il a aussi dévoilé divers remix très sollicités par les fans de la série, dont un double remix du thème principal de la saison finale : Ashes on The Fire.

Noir – Yuki Kajiura

Icône dans le monde de la musique d’animation japonaise, Yuki Kajiura est une compositrice japonaise notamment connue pour les bandes originales de la saga Princess Principal Crown Handler ou encore les séries Demon Slayer et Fate/Zero. Mais elle a surtout frappé un énorme coup en signant la bande-originale de l’anime Noir au tout début des années 2000.

Respectant les codes du film noir, cet anime a su faire de sa BO l’une de ses forces. Elle est utilisée non seulement pour créer une ambiance particulière, mais aussi pour remplacer littéralement certains dialogues. C’est la musique unique en son genre, créée par Yuki Kajiura, combinant J-pop avec des synthétiseurs, des chants grégoriens, de l’accordéon et de la musique celtiques entre autres choses, qui permet à Noir d’être une œuvre complète et harmonieuse.

À lire sur le même sujet :